La victoire de Montebourg et du PS Canal Historique

La participation aux Primaires socialistes est avant tout la victoire du dynamisme du débat politique dans notre pays. Si avec plus de 2 millions de votant, soit 5% du corps électorale, le PS ne réunit cependant pas l’ensemble des voix qu’il a l’habitude d’obtenir dans de vraies élections. Ne réunissant pas au-delà de son socle électoral, les socialistes ont tout de même réussi à créer quelque chose.

 Le PS a donc enfin réussi à comprendre qu’il lui fallait un chef incontesté et légitimé pour mener une campagne présidentielle. Même si les résultats me font douter de ce résultat escompté. Les primaires nt la version artificielle de gauche de l’Homme providentiel qui va face aux français comme peut se résumer grossièrement la vision de droite pour désigner son candidat.

 Nuançons toujours la chose par l’expérience italienne où un candidat socialiste élu avec 5 millions d’électeur pour les primaires a été balayé par un Silvio Berlusconi qu’on disait fini. Car élu parr un peuple de gauche, le candidat PS porte toujours des projets et des valeurs qui ne sont pas celle de la France d’aujourd’hui comme le vote des étrangers, l’assistanat à outrance, l’étatisation de l’économie, le refus du sérieux budgétaire, le rejet de l’esprit de conquête entrepreneurial etc…

Nuançons encore l’union future de ce parti, comment imaginer une synthèse entre un Valls et un Montebourg ? Sans oublier un programme économique à revoir. Soyons francs, plus de 2 millions de personnes ont voté pour une coquille vide, apportant 3 millions d’Euro pour la rendre plus brillante. Un vote pour un promesse non engageante d’une politique non défini. Les mois à venir seront cruels.

 La débâcle de Ségolène Royale mets Arnaud Montebourg en position d’arbitre du second tour avec la capacité de faire tomber le favoris des commentateurs qu’est François Hollande.  Et cela doit nous alerter,non pas que Hollande soit la panacée pour la République, mais ce n’est pas un PS modernisé à la Zapatero qui s’annonce. C’est le vieux PS canal historique ennemi des patrons et de l’économie privatisée car favorable à l’étatisation à outrance et à une grande méfiance vis-à-vis du projet européen. Ce résultat inquiétant doit nous mobiliser, nous peuple de droite favorable à l’ouverture et au refus du repli sur soi, favorable à l’esprit de conquête entrepreneuriale, favorable à un projet européen garant de la solidité de nos Etats et de vos emplois, favorable à une politique du respect de notre identité et au contrôle de l’immigration.

 Il y a un sérieux clivage entre nos idées de droite et celle d’un Montebourg qui vont être au cœur du projet socialiste comme l’idée de démondialisation qui lui apporte le soutien du Front National.

 A bientôt.

Grégory Sansoz

One thought on “La victoire de Montebourg et du PS Canal Historique